Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Image 12-copie-2

Marianne, micro événement n°18 et 18bis par Tsuneko Taniuchi        


Delacroix la représenta, en 1830, incarnée par une fille du peuple coiffée du bonnet phrygien, les mèches au vent, dépoitraillée, fougueuse et victorieuse sur les barricades des « trois glorieuses » de la révolution de Juillet. 
A « La Force de l’Art » au Grand Palais en mai 2006, : Tsuneko Taniuchi monte sur la grande scène du grand Palais. Après Bardot, Mathieu, Deneuve, de la Frésange, ou Casta, elle incarne une Marianne tricolore, bottes bleues, short en jeans, petit haut blanc frappé du label Marianne / Tsuneko © et perruque aussi rouge que flamboyante pour bonnet phrygien. Lilliputienne sous la grande verrière, son allure tient de l’excentricité manga et de la pom pom girl, prête à mener la claque.
Hier, Marianne c’était la Révolution, aujourd’hui elle incarne la République et la Nation. Et Marianne, ou plutôt Tsuneko, danse sur le rythme de la Marseillaise qui emplit le Grand Palais. En fait, très vite, elle bouge plus qu’elle ne danse, ses gestes se désordonnent, la Marseillaise dérape, miaule, ripe et patine. La danse de Marianne se désarticule, se démantibule sur des rythmes de plus en plus hasardeux. C’est burlesque, tragique, presque pathétique. L’icône de la Nation chavire et vacille. Arrêt sur image, rien ne va plus. Ou plutôt arrêt sur le son. Car la direction de la manifestation interrompt la performance, ce micro événement de Tsuneko Taniuchi. Trop provoc’ lui dit-on, vu le lieu, les circonstances, l’officialité. Il faudra de longues heures de négociation pour lever la censure...

Le site web de l'artiste : http://tsuneko.taniuchi.free.fr
Photographies de Ulrike UHLIG et Tiina KETARA , diffusées avec l'aimable autorisation de l'artiste.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :